Sélectionner une page
Slider

Voyage réalisé au mois d’août 2016

Icon

La guerre civile qui a fait rage entre 1861 et 1865, opposant l’Union dirigée par Abraham Lincoln et les Etats Confédérés (rassemblant onze états du sud) dirigés par Jefferson Davis, est la guerre la plus meurtrière qu’aient connue les Etats-Unis à ce jour ; elle met fin à l’esclavage, restaure l’Union et renforce le gouvernement fédéral. S’en imprégner à travers la visite de lieux de grandes batailles permet d’appréhender l’Amérique contemporaine. Ces étapes nous entrainent tout d’abord en Virginie, première colonie Anglaise, un état dont l’étymologie du nom vient d’Elisabeth première d’Angleterre « la reine vierge » – la sonorité chantante de ce nom de femme fait déjà rêver en soi. C’est aussi la mère des présidents parce que huit présidents américains y sont nés. La Virginie c’est le berceau de l’Amérique. Son slogan est depuis 1969 « Virginia is for lovers » ; c’est ici que commence le Sud.
On se sait immédiatement dans le Sud a peine est-on entré en Virginie. Ses paysages, ses couleurs, ses odeurs, ses sons, le chant des cigales comme nulle part ailleurs, sa moiteur, sa lumière appartiennent intrinsèquement au Sud. L’Essence même sur lesquelles se sont construites les œuvres des grands écrivains du sud est palpable, comme quelque chose d’organique : ce présent figé, la cohabitation entre l’aliénation à un monde apporté par le modernisme du nord et une identité construite dans le sang et la douleur, l’antagonisme entre la rudesse et la douceur ambiante forment une sorte de schizophrénie. On pense immédiatement à Faulkner, aux personnages de Carson Mc Cullers, (sont passés par l’université de Charlottesville Faulkner, Truman Capote, Gore Vidal et Gertude Stein). Sur fond de Blue Ridge Mountain, la Virginie exalte notre imaginaire, notre inspiration foisonne devant la multitude de possibilités photographiques, impressives, narratives, poétiques, contemplatives, documentaires, c’est un terreau fertile pour photographes en tous genres.
Pour les amateurs de vins tels que nous, n’oublions pas les vignobles.
Gettysburg en Pennsylvanie, où se sont déroulés la plus grande bataille de la guerre civile en 1863 et le discours de Lincoln le 19 novembre 1863, est un lieu de pèlerinage pour touristes à la poursuite des fantômes de la guerre civile. Cette vision offre des possibilités de compositions un peu kitsch, décalées ou même encore solennelles selon les sensibilités. Mais Gettysburg est également une petite ville d’Amérique qui a conservé son charme d’autrefois et qui recèle diverses possibilités de thématiques photographiques.

La Pennsylvanie doit son nom à William Penn qui baptisa la région Sylvania (forêt en latin), le roi Charles II y rajouta Penn. Après la guerre de trente ans dans l’Empire Germanique, 125 000 luthériens allemands s’installent en Pennsylvanie, ce qui explique la présence d’une petite ville appelée East Berlin et visuellement très intéressante.

La Pennsylvanie est l’un des treize états fondateurs des Etats-Unis ; très représentatif de l’industrie nordique, c’est d’ailleurs l’un des états les plus industrialisés. Hershey est l’illustration d’une forme d’industrialisation patriarcale du début du 20e siècle.

La ville s’est développée autour de l’usine de chocolat construite en 1903 par Milton S. Hershey, avec son parc d’attraction construit en 1907 qui était à l’origine réservé aux employés de l’usine et ouvert bien plus tard au public. L'architecture de son hôtel haut de gamme « The Hershey hotel », construit en 1934, est d’inspiration méditerranéenne. Cet ensemble est un paradis pour nous autres chasseurs d’images.

Pourquoi s'y rendre
Slider
Virginie
Slider
Icon

Fredericksburg, notre première étape sur la route de la guerre civile américaine, doit son nom au prince de Galles Frederick fils de George II. Durant l’époque coloniale, le capitaine John Smith – l'amant présumé de Pocahontas, selon la légende – explora la région de Fredericksburg dès 1608, ce qui pourra séduire l’esprit romanesque de certains d’entre nous. Située sur la rivière Rappahannock au nord-est de l’état de Virginie, c’est une petite ville d’environ 27 000 habitants. Elle a été témoin de plusieurs batailles durant la guerre de sécession. En 1862 a lieu la bataille de Fredericksburg durant laquelle la ville tomba aux mains de l’union, et en 1863, la bataille de Chancellorsville surnommée également « Lee's perfect battle » à cause de la tactique victorieuse du général Robert E. Lee face aux forces de l’union bien mieux équipée en armes et en nombre d’hommes. En 1864 c’est la bataille de la Wilderness et celle de Spotsylvania qui fut l’une des plus sanglantes. Citons tout de même le Chatham Manor d’architecture Géorgienne ; construit en 1771, c'est le quartier général de l’union, lieu touristique mais qui peut présenter un intérêt photographique par son architecture, ses jardins, sa vue plongeante sur Fredericksburg.

Mary Washington, la mère de George Washington, vécut à Fredericksburg. L'université porte son nom et vous pouvez voir sa maison si vous le souhaitez, bien qu’elle ne présente pas beaucoup de possibilités photographiques.
Même s’il est une des principales attractions touristiques, le centre-ville historique de Fredericksburg offre une perspective séduisante avec ses bâtiments datant du XVIIIe et XIXe siècles.
La ville exploite le potentiel historique et sont proposées maintes reconstitutions en costumes d’époques ; nous vous recommandons vivement de les éviter. Seul Hugh Mercer Apothecary, le cabinet du docteur Mercer devenu un musée de la médecine coloniale et situé dans un bâtiment du XVIIIe siècle vaut qu’on s’y attarde. Une présentation kitsch en costumes de la pratique de la médecine de l’époque à l’aide de sangsues, serpentins et griffes de crabes, vous est proposé dans le cadre d’origine, de manière instructive et amusante.
Nous avons passé deux jours à Fredericksburg et la nuit au Richard Johnston Inn, 528 or 711 Caroline Street, un « bed and breakfast » bâti au XVIII e siècle par l’architecte John Taylow , l'un des premiers signataires de la déclaration d’indépendance. Le lieu, qui est parfaitement restauré et meublé dans un style XIXe kitsch, a beaucoup de charme, l’on se sent projeté un ou deux siècles en arrière et l’intérieur offre un fort potentiel de compositions photographiques. Beaucoup de petites boutiques de pseudo antiquités, de bric et de broc parsèment le quartier historique, certaines ont un fort potentiel visuel et sont encore plus intéressantes à photographier de nuit. Mais le meilleur voyage dans le temps du quartier, et à ne pas manquer. est Golrick’s Pharmacy, avec son bar original des années 50 et la pharmacie dans le fond, totalement anachronique et extrêmement photogénique si vous aimez ce genre de décors, certaines personnes attablées semblaient sortir d’un tableau de Hopper. Vous pourrez savourer le décor en même temps qu’une crème glacée, un milkshake ou un petit déjeuner.
Mais pour découvrir les multiples aspects de la ville il faut sortir du cœur historique, flâner, vous pourrez alors faire d’autres voyages dans le temps. Un magasin de perruques et de vêtements complètement insolites vous ramènera dans les année 70, avec la fièvre du samedi soir à l’odeur de naphtaline et de poussière ; vous pourrez photographier de vieilles voitures type mustang devant une maison à l’architecture coloniale ou encore tomber sur une vieille bâtisse de type hangar abandonné avec fauteuil ou chaise devant, réaliser des paysages de poésie urbaine avec parfois un mélange des genres. La lumière est souvent bien plus belle en fin de journée, surtout durant l’été.
Le restaurant que nous avions sélectionné pour dîner nous a mené à la gare de Fredericksburg. Le réseau ferré date du XIXe siècle. Les gares sont souvent des lieux propices aux rêves d’ailleurs, celle-ci avec sur les quais le tracé des lignes de l’Amtrak dont certaines sont mythiques, offre quelques possibilités photographiques. Nous vous recommandons de dîner à Brook’s Riverside Grill, 503 Sophia St, le restaurant possède une terrasse panoramique sur la rivière Rappahannock et sur le pont de la voie ferrée, cadre très romantique pour les amoureux, mais pas seulement. La vue sur Rappahannock est à elle seule lyrique et source d’inspiration, imaginez maintenant sur la rivière une lumière d’une fin de journée d’été, un pont en arches traversé par les trains, le klaxon des locomotives en concerto: pareil tableau est fait pour inspirer plus d’un poète de l’image.

Fredericksburg
Slider
Fredericksburg
Mercedes de nuit Virginie version ciel plus foncé
The Rappahanock river at Fredericksburg
previous arrow
previous arrow
next arrow
next arrow
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider
Icon

Fondée en 1762, Charlottesville est une ville d’environ 43 000 habitants. Située sur les rives la Rivanna, elle tient son nom de Charlotte de Mecklembourg-Strelitz, épouse du roi George III. Durant la guerre d’indépendance, elle fut la base de l’armée de la convention de 1779 à 1781. Charlottesville fut le théâtre d’une seule bataille durant la guerre de sécession, Rio Hill où George Armstrong Custer fut repoussé par la milice locale confédérée.
Trois présidents américains sont originaires de la région de Charlottesville : Thomas Jefferson, James Madison et James Monroe.
La ville est essentiellement connue pour le manoir de Jefferson « Monticello » et l’Université de Virginie fondée par Thomas Jefferson. Les deux sites sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Faisons preuve de clairvoyance : ce sont les deux principales attractions touristiques de Charlottesville et ses environs.
Nous avons fait le choix de voir Monticello ; la demeure est de style palladien et inspirée de l'hôtel de Salm à Paris. Si en effet le manoir est architecturalement et visuellement imposant, préparez-vous au grand show à l’américaine. C’est Broadway ou pire Disneyland, vous êtes menés en bus à l’entrée du bâtiment et les visites s’effectuent par groupes accompagnées d’un guide. La forme compte plus que le fond, et la tournée, qui dure une bonne heure, peut rapidement s'avérer un calvaire. En effet les photographies de l’intérieur sont interdites, vous ne pouvez passer librement d’une pièce à une autre : il faut attendre que le guide ait terminé ses explications souvent vaseuses relevant du « storytelling » et sans grand intérêt historique pour passer à la pièce suivante. Aucun intérêt photographique, à part éventuellement certaines vues des jardins et de l’extérieur du manoir selon la lumière. À voir parce que c’est un site exceptionnel et difficilement contournable si l’on passe par Charlottesville. À noter également à proximité la maison de James Madison que nous avons photographiée de l’extérieur. Quant à l’université fréquentée par Edgar Allan Poe – dont on peut visiter la chambre – ou encore par Faulkner, Truman Capote, Gertrude Stein, Gore Vidal, nous en avons fait l’impasse. Trois jours et deux nuits à Charlottesville pour explorer la ville et ses environs laissent peu de temps pour les sites trop courus si l’on veut s’imprégner de l’authenticité du lieu et réaliser autre chose que du cliché de carte postale. Nous avons séjourné au Bed and breakfast 200 South Street Inn, Street West situé dans le quartier historique de la ville ; son architecture est typique du Sud des Etats-Unis. Il offre à lui seul des possibilités de photographies extérieures ou intérieures ambiance vieux sud.
L’atmosphère de la ville est un savant mélange entre le temps de la nonchalance et celui de la frénésie.
Le Downtown Mall, zone piétonne de la ville, mérite que l’on s’y promène de jour comme de nuit, pour son architecture, ses théâtres, le Paramount et le Jefferson theater. Toute l’activité de ce quartier offre de multiples possibilités de compositions, qu'il s'agisse de photographie de rue, narrative ou encore introspective et contemplative.
Un arrêt s’impose au palais de justice « Court square ». Il est l’un des plus historiques d’Amérique, et a été érigé en 1762. C’est ici qu’eurent lieu les élections locales et que la cour du comté a mené des affaires avec les magistrats Thomas Jefferson, James Monroe, futurs présidents des Etats-Unis. On trouve également à proximité les statues des confédérés Thomas « Stonewall » Jackson et Roberts E Lee, dont le futur déplacement afin d’être recontextualisées déchaine les passions. Vous êtes au cœur de l’histoire de la ville et au-delà du vieux sud. L’architecture, l’histoire et l’atmosphère du lieu ont de quoi alimenter quelques compositions, qu’elles soient de nature documentaire ou narrative.
Lieu incontournable et fabuleux terrain de jeux photographique, le restaurant Moose’s by the Creek, est un endroit typique de l’Amérique profonde : décor de têtes d’ours, dindons, élans etc... En immersion dans l’Amérique de Duane Hanson avec son humanité loin du rêve américain. Les pancakes y sont excellents. L’extérieur offre également de multiples options d’images.
Et puis pour terminer nous ne pouvons omettre les vignobles qui offrent de beaux itinéraires photographiques et que vous trouverez en bas de page dans notre section vins et gastronomie.

Charlottesville
Slider
Charlottesville VA
Paramount Charlottesville VA
previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider
Icon

La genèse de Leesburg s'est produite avant 1755, lorsque Nicholas Minor a acquis des terres autour de l'intersection de l'Old Carolina Road et de Potomac Ridge Road (actuelle Route 7) et a créé une taverne. Le 12 octobre 1758 l’assemblée générale de Virginie a fondé la ville de Leesburg, baptisée ainsi pour honorer l'influent Thomas Lee. Au début de la guerre civile américaine, Leesburg a été le siège de « Battle of Ball's Bluff », qui fut une victoire confédérée retentissante. La ville a souvent changé de mains au cours de la guerre alors que les deux armées traversaient la région pendant les campagnes du Maryland et de Gettysburg. La bataille de Mile Hill s’est déroulée au nord de la ville avant son occupation par Robert E. Lee en septembre 1862.
Leesburg est une petite ville de 47000 habitants du nord de la Virginie. Elle est située à environ une soixantaine de kilomètres de Washington ; cette proximité avec la capitale a engendré le développement de la ville depuis une trentaine d’années. Elle est également le siège du comté de Loudoun.
Quand nous avons élaboré notre itinéraire sur la carte et effectué des recherches afin d’en choisir les différentes étapes, nous sommes tombés sur une vidéo de promotion de la ville diffusée sur youtube qui nous a amusé à bien des égards. Mais c’est surtout l’intervention de la maire qui nous a convaincu que Leesburg était une étape incontournable de notre voyage en terminant son allocution de la façon suivante : « Le monde entier rêve de venir vivre à Leesburg ». Il n’en fallut guère plus pour nous donner envie de vérifier la maxime, à savoir si nous aussi allions céder aux chants des sirènes de Leesburg.
À peine entre-t-on dans le centre-ville de Leesburg que le charme opère. En véritable ville du vieux sud, chaque coin de rue nous y projette dans un tableau, ici dans l’univers de Hopper, avec des ombres portées, des éclairages crus offrant des plans cinématographiques à réaliser, là une composition hyperréaliste dans un esprit Robert Gniewek. Nous avons d’abord arpenté le centre-historique de nuit avec ses néons et ses bars d’où s’échappent çà et là des notes de jazz ou de rock, en nous laissant porter par son atmosphère romanesque et frénétique. D’humeur vagabonde, nous nous sommes laissés porter vers des rues excentrées pour y capturer en longue exposition la magie du quotidien. Nous nous sommes surpris à rêver de vivre à Leesburg dans une de ses maisons coloniales, assis sous une de ses vérandas dans un fauteuil à bascule avec pour musique le chant des cigales, enivrés par une forme de légèreté. Il faut explorer la ville de jour comme de nuit ; elle s’abandonne comme un immense décor, et l’on peut y élaborer des compositions surréalistes même dans ce qu’elle a de banal. Dans un registre insolite, l'on fera une réservation au restaurant Lightfoot – plus pour le spectacle visuel qu’il offre que pour la nourriture : une sculpture type madame Tussauds trône à l’accueil. Le temps est suspendu au Trinity house cafe, et nous avons été les personnages d’un tableau de Hopper grandeur nature l’espace d’un petit déjeuner. Pour un dîner raffiné nous vous recommandons le restaurant « The Wine Kitchen » ; vous trouverez plus d’informations le concernant dans notre section vins et gastronomie.
Ne pas hésiter à explorer la zone commerciale de nuit, elle peut également offrir d’intéressantes perspectives photographiques.
Dans le registre des sites historiques qui sont de belles promenades photographiques : Morven Park sur un terrain de 400 hectares avec son centre équestre de renommée mondiale. Tout d’abord pour le manoir mélange d’architecture, palladienne et italienne datant du XIXe siècle. Ouvert aux visites (et librement) il offre un champ de possibilités autant pour les intérieurs que pour les extérieurs. Puis pour la beauté poétique des jardins. Et enfin le musée des calèches présent au sein du parc est photogénique sous certains aspects. Morven park, c’est également le lieu de retraite des dindes de thanksgiving ayant obtenu la grâce présidentielle.
Ball's Bluff Battlefield National Cemetery est un champ de bataille au sein du parc régional de 31 hectares ; il comprend l’un des trois plus petits cimetières des Etats-Unis avec cinquante-quatre membres de l’armée de l’union enterrés. Il est à environ trois kilomètres cinq de Leesburg. En dehors de l’intérêt historique, c’est une belle promenade à effectuer de préférence un jour ou la lumière du soleil danse avec les ombres des arbres.
Une autre étape est The Marshall House, le manoir de George Catlett Marshall, Jr général américain et conseiller du président Roosevelt, à l’origine de la mission Marshall en Chine et du plan Marshall qui a apporté une aide économique à l’Europe à la fin de la seconde guerre mondiale. La construction date du XIXe siècle. La maison et ses jardins peuvent inspirer maintes formes de représentation, tel un tableau d’impressions douces de Robert Lewis, des photographies documentaires ou encore en noir et blanc.

Leesburg
Slider
Leesburg
TALLY HO Leesburg
previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider
Icon

Nous prévoyons toujours un important laps de temps pour nous rendre de l'une à l’autre des étapes que nous avons programmées, car nous réalisons certaines de nos meilleures découvertes lorsque quelque chose attire notre attention sur la route. C'est aussi pourquoi, autant que possible, nous choisissons de petites routes locales qui traversent les communes plutôt que de les contourner, ce qui permet de garer aisément la voiture. Parcourir les routes de Virginie jusqu’en Pennsylvanie en passant par le Maryland c’est un voyage au cœur des différentes origines qui constituent l’identité multiple de l’Amérique.
Pour rejoindre Charlottesville depuis Fredericksburg nous avons emprunté la route Us 20 (SR20) qui passe par la petite ville d’Orange situé à 45 kms (28 miles) de Charlottesville.
La ville actuelle d'Orange était connue sous le nom de Town of Orange Court House avant la fin du XIXe siècle et compte aujourd’hui 4,721 habitants. Orange était un endroit stratégique important durant la guerre civile américaine. Juste au nord de la ville, la rivière Rapidan était la frontière nord de la Confédération de mars 1862 à mai 1864. Par conséquent, la région a été témoin d'innombrables mouvements de troupes, de patrouilles, d'escarmouches et de campements. En outre, la ville d'Orange a servi de siège au général Robert E. Lee pendant cette période. Le général Lee adorait se rendre à l'église épiscopale de Saint-Thomas sur la rue Caroline, qui s’y trouve encore aujourd’hui. Cette église est également significative car elle a servi d'hôpital pour les blessés confédérés après la bataille de Chancellorsville et la bataille du désert. Lee est passé par cette église à plusieurs reprises pendant son séjour à Orange. L’artiste de sujets historiques américains Mort Künstler a immortalisé cette scène dans sa peinture Soldier of Faith. Pour nous cela a été l’occasion d’associer une pause dans le charme d’une petite ville de Virginie à quelques prises de vue intéressantes. Lors de notre séjour à Charlottesville nous avons emprunté la route 53 pour nous rendre à Monticello ainsi que dans les vignobles que nous avions sélectionnés, puis nous avons continué sur la 795 qui porte le nom de James Monroe. Nous n’allons pas nous attarder sur Trump Winery dont les vins sont aussi imbuvables que le personnage, le tout dans un décor qui transpire la vulgarité. Mais cette route mérite qu’on y flâne, pour savourer la beauté de la Virginie au cours d’une promenade bucolique et romantique ou inventer de nouvelles histoires en images. La plantation de James Monroe vaut au passage au moins le coup d’œil.
De Charlottesville à Leesburg évoquons Luray sur la route 211 dans la vallée de Shenandoah, une petite ville de 4871 habitants fondée par Willian Staige Marye en 1812 dont la famille était originaire de Luray en France. La ville est essentiellement connue pour ses grottes Luray Caverns que nous n’avons pas visité mais qui pourraient présenter un intérêt pour certains. Ce qui nous a interpellé et a engendré notre arrêt dans la ville c’est l’entrée du zoo, avec une sculpture de dinosaure. La position de celle-ci donne une dimension insolite comme nous les aimons.
En continuant sur la route 211 en direction de Warrenton et en rattrapant l’us 15 à environ 40 kilomètres (22 miles) avant Leesburg nous sommes entrés dans Haymarket qui doit son emplacement aux Iroquois, car le centre-ville était leur chemin de chasse. Nous avons été séduits par cette ville pittoresque d’à peine 1700 habitants, au charme préservé. Pour la petite histoire, la résistance locale fit échouer un projet de parc d'attraction proposé en 1994 par Disney qui y avait acquis des terrains. Haymarket est un lieu extraordinaire, à la fois une ville ayant une âme et un authentique décor de cinéma. Il y règne une atmosphère qui est presque de l’ordre du fantastique, comme dans l'univers d'Alice aux pays des merveilles. Il faut arpenter sa rue principale et s’en imprégner, il s'y trouve maintes choses à photographier. Imaginez une aire de jeux pour enfant avec en arrière-plan un cimetière, cela ne s’invente pas. Toujours dans les éléments insolites en quittant Haymarket par la route 15 peu après le golf sur votre droite vous verrez s’élever un très grand temple bouddhiste, une vision surréaliste.

Sur la route de Fredericksburg à Leesburg
Slider
Virginia
West Luray, Virgina
Haymarket, Virginia
Haymarket, Virginia
Orange, Virginia
Orange, Virginia
previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider
Pennsylvanie
Slider
Icon

Siège de la plus lourde bataille en pertes humaines du 1er au 3 juillet 1863 durant la guerre de Sécession, Gettysburg est un borough de 7600 habitants.
La ville est également célèbre pour le discours peut être le plus connu de l’histoire américaine prononcé par Abraham Lincoln le 19 novembre 1863 lors de la cérémonie de consécration du champ de bataille qui a fait 51 000 victimes parmi les soldats de l'Union et de la Confédération.
Durant la première guerre mondiale Gettysburg a abrité un camp d’entraînement pour les chars, le camp Colt commandé par Dwight David Eisenhower. Gettysburg, première étape en Pennsylvanie, a l’identité du nord avec ses bâtiments de briques. Ici le temps s’est arrêté sur plusieurs périodes et la ville ne manque pas d’en faire son premier atout touristique. Elle porte à bout de bras et fièrement son histoire. Photographes, nous sommes sous l’influence des lieux et cela même lorsque que nous réalisons des compositions qui ne permettent pas d’identifier l’endroit. Chaque coin de rue ici inspire une nouvelle à raconter en images, c’est une ville extrêmement cinématographique. Gettysburg nourrit notre imaginaire. C’est un lieu à s’approprier qui devient plus qu’un simple décor, mais un endroit que l’on traverse pour l’intégrer à notre présent où règne une forme de légèreté. Gettysburg est hantée par ses fantômes, beaucoup d’itinéraires touristiques sont proposés dans la ville, dont un sur les lieux hantés à la tombée du soir. Nous n’avons réalisé aucuns des itinéraires que la ville proposait et l’avons explorée à notre gré, mais pour ceux qui le souhaite il peut être amusant d’en faire un. Il est bon de se promener de jour comme de nuit dans le quartier historique de la ville où le rapport à la mémoire est fort et profondément ancré.
Un endroit à ne surtout pas manquer « The Majestic Theater » qui a ouvert ses portes le 14 novembre 1925 avec à l’affiche le film « The Road to Yesterday de Cecil B. DeMille ». Conçu par le célèbre architecte Philadelphie William H. Lee, le Majestic Theatre a été construit par Henry Scharf, directeur de l'hôtel historique Gettysburg. Si l’édifice vaut le détour pour son extérieur, l’intérieur est une mine d’or pour ceux qui aiment comme nous les anciens cinémas. Même si les décors ne datent pas des années vingt, on a tout de même le sentiment d’un saut dans le temps vers les années 50. Dans les années 1950 d’ailleurs le Président Dwight D. Eisenhower et la Première Dame Mamie Eisenhower ont régulièrement assisté à des spectacles au Majestic.Toujours dans l’esprit des années 50, parlons également du Lincoln Diner (oui à Gettysburg, Lincoln est partout) un restaurant qui vaut le détour pour son ambiance et pour l’incroyable décor, riche en possibilités photographiques, plus que pour sa nourriture. La gare historique de Gettysburg se trouve juste à côté. Nous n’allons pas nous attarder sur le champ de bataille, ni sur les nombreux musées historiques, mais le groupe de monuments à Cemetery Hill vaut une visite. Nous avons réalisé la visite du Hall des présidents, un musée qui n’avait pas changé depuis son ouverture au début des années 50. Y étaient exposées les statues de cire en taille réelle de tous les présidents des Etats Unis (avec un enregistrement audio résumant leurs mandats) et dans une pièce séparée les statues en demi taille de toutes les premières dames. L’atmosphère désuète du musée était touchante en plus d’être un sujet photographique. Malheureusement il a fermé ses portes en novembre 2016 (au moment de l’élection de Donald Trump (coïncidence ?) ne faisant plus recette. Nous avons également réalisé la visite de « David Wills House » lieu où Abraham Lincoln a passé la nuit lors de sa visite à Gettysburg, le lit dans lequel il a dormi y est exposé. Privilégiez sur place les petits musées qui offrent encore un cadre original, dans un esprit désuet. Mais surtout comme pour Leesburg explorez la ville de jour comme de nuit appareil à la main c’est ainsi qu’elle se livre véritablement.
Un autre lieu à ne pas manquer Cashtown situé à 2,5 km de Gettysburg et dont la population s’élève à 459 habitants. D’une part l’US 30 dite route Lincoln est la rue principale du bourg, d’autre part s’y trouve l’un des endroits les plus hantés des Etats-Unis (le cinquième sur la liste au moment de notre visite), le Cashtown Inn. Le bâtiment, qui a été construit en 1797, était une auberge tenue par Peter Marck qui demandait à être payé uniquement en cash d’où le nom de la ville. C’est encore aujourd’hui un bed and breakfast et un restaurant (que vous retrouverez dans notre section gastronomie) mais surtout un endroit formidable à photographier dans une atmosphère unique, nous sommes arrivés un soir d’orage ce qui ajoutait une note un peu fantastique au cadre. L’auberge a été le sujet d’épisodes de Ghost Hunters, les traqueurs de fantômes, une émission de téléréalité américaine. Elle a également été vue dans le film Gettysburg et l'acteur Sam Elliott est resté ici durant le tournage. Sur place tout est fait pour entretenir le mythe et c’est un régal.

Gettysburg
Slider
_DSC2520-Pano-Edit copy
Gettysburg
Gettysburg
Majestic Gettysburg PA
Hall of Presidents - Gettysburg
Lincoln diner Gettysburg
Majestic Gettysburg
Majestic Gettysburg
Hall of Presidents - Gettysburg
Majestic Gettysburg
Hall of Presidents - Gettysburg
Majestic Gettysburg
Cashtown salle à manger exit copie
Cashtown PA
previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider
Icon

En 1894 Milton Snavely Hershey fonde The Hershey Chocolate Company, la première entreprise qui va fabriquer des friandises en chocolat à échelle industrielle. Il trouve le moyen de produire des barres de chocolat au lait industriellement en ajoutant du lait écrémé. Auparavant les friandises en chocolat étaient uniquement fabriquées à la main par des confiseurs, elles étaient considérées comme un luxe réservé à une clientèle fortunée. Son entreprise fait chuter le prix de vente des confiseries au chocolat et permet le développement du marché aux États-Unis. Une cité ouvrière est fondée autour de l’usine avec des logements pour ses employés ainsi que des églises et des services (hôpital, bureau de poste, librairie, parc d’attraction etc.). Sur Pat's Hill surplombant sa chocolaterie il fait bâtir The Hotel Hershey sur le modèle d’un palais méditerranéen en 1934.
L’hôtel en lui-même est une source d’inspiration inépuisable par son architecture intérieure et extérieure. Une de nos occupations favorites dans ce genre d’endroit est d’en parcourir les couloirs à la tombée de la nuit, on y trouve presque toujours des salles de réception ou de réunion laissées ouvertes dévoilant par vagues l’âme de leurs passés. C’est un hôtel familial où règne une ambiance anachronique années soixante et il y a quelque chose à saisir à chaque coin de couloir, de plus le bar le soir offre également de belles perspectives photographiques.
Hersheypark, ZooAmerica, Hershey Gardens, The Hershey Story et Hershey’s Chocolate World forment un énorme complexe à l’américaine. Nous ne sommes pas friands de manèges à sensations, aussi les parcs d’attractions sont-ils pour nous uniquement des décors que nous aimons plutôt désuets et "has been", ce qui est loin d’être le cas d’Hersheypark - nous avons donc fait l’impasse. Il est agréable de faire une promenade à Hershey Gardens d’une part pour la beauté des jardins qui offre des compositions poétiques où pompier selon la sensibilité, d’autre part pour Butterfly House qui renferme une incroyable variété de papillons. Les lépidoptères volent en liberté dans une salle dédiée, c’est une sensation unique et particulière d’évoluer dans cet univers onirique. De plus la fenêtre offre en arrière-plan une vue imprenable sur Hersheypark et ses montagnes russes, de quoi stimuler nos objectifs. Passage à ne pas manquer à Hershey’s Chocolate World, un rêve pour une étude sociologique et philosophique et un beau périmètre photographique. Voyage à bord d’un petit train dans le style Disney "Small World» en chant et musique au travers d’un parcours dédié aux différents produits de la marque Hershey, à grand renfort d’automates de vaches, cochons et de produits de chocolat anthropomorphisés. On est propulsé dans le film de Tim Burton Charlie et la chocolaterie et ses couleurs guimauves jusqu’à l’indigestion. De plus c’est une monumentale galerie marchande des produits de la marque et ses dérivés, une incarnation du consumérisme à outrance et du rêve américain sous un de ses pires aspects. A voir et à photographier.
Et pour conclure, The Hershey Story le musée interactif qui permet de faire un détour par le centre ville, de découvrir son histoire dans les grandes lignes et d’enrichir sa série photographique. Hershey est source d’un nombre avantageux de variantes et thématiques à exploiter et une belle illustration de l’industrialisation du nord des Etats-Unis. Hershey est un exemple peu connu mais symbolique de la façon dont certains entrepreneurs industriels innovants et philanthropes ont construit des entreprises extrêmement prospères dans l'Amérique du début du 20e siècle et ont transformé les communautés où ils ont localisé leurs entreprises. Tout comme Henry Ford a transformé Dearborn, Michigan et George Eastman ont transformé Rochester, New York. Comme eux, Milton Snavely Hershey a transformé notre société : l’entreprise pèse aujourd’hui environ 100 milliards de dollars par an, son chocolat est consommé dans le monde entier. Lorsque vous mangez un morceau de chocolat, vous remerciez Milton. A Hershey en Pennsylvanie, le contexte socio-historique qui a conduit ce morceau de chocolat jusqu'à vous se donne à voir et à photographier, dans toute sa gloire américaine.

Hershey
Slider
Hershey Pennsylvanie
Hershey PA
Hershey Garden
Hershey Garden
Hershey PA
previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider
Icon

Nous avons continué sur la route 15 en quittant Leesburg pour joindre Gettysburg. Avant de quitter la Virginie à environ 7 kilomètres (7,4 miles) de Leesburg, nous sommes entrés dans le hameau historique de Lucketts. Il était à l'origine connu sous le nom de Black Swamp en raison du grand nombre d'arbres de chêne noir qui poussaient dans la région au moment de l’établissement de celui-ci. L'école de la ville figure sur le registre national des lieux historiques. Le hameau est constitué de magasins d'antiquités, d’une station-service, quelques maisons résidentielles, d’un parc de remorques, d’une caserne de pompiers et de l'école élémentaire de Lucketts. Tout cet ensemble forme une vision inouïe, presque un univers kafkaïen la légèreté en plus. En dehors des trouvailles à réaliser pour les amateurs de marchés aux puces, on est alpagués par cet incroyable environnement et toutes les compositions qu’il offre dans un espace aussi réduit. Plus loin, à travers le Maryland, près d'Emmitsburg, des panneaux indiquent la Grotte nationale du sanctuaire de Lourdes, ce qui a attiré notre attention. Le site s'avère présenter une des plus anciennes répliques américaines du sanctuaire de Lourdes, construit environ deux décennies après l'apparition de Marie à Lourdes (France) en 1858 et attire chaque année des centaines de milliers de pèlerins du monde entier. Comme ce n'était pas une visite planifiée, nous sommes arrivés après la fermeture mais nous avons été récompensés par la présence d'un piédestal de 28 mètres de haut surmonté d'une statue dorée de Marie d’au moins 3 mètres, plongée dans une contemplation infinie du parking vide.
A notre départ de Gettysburg pour rejoindre Hershey par l’autoroute 83 nous avons emprunté la route 234 sur laquelle se trouve le borough de 1521 habitants d’East Berlin. Fondée en 1764 par John Frankenberger d’origine berlinoise la ville est située à 21 kilomètres (13 miles) à l'ouest de York en Pennsylvanie. Au départ baptisée Berlin, elle changea de nom vers 1797 pour ne pas être confondue avec une autre Berlin de Pennsylvanie et devint, ironie de l’histoire, East Berlin. La ville est également inscrite sur le registre des lieux historiques. On ressent les racines germaniques du bourg et le temps est ici en suspension. C’est un ravissement de se promener dans sa rue principale et de photographier l’architecture de ses maisons colorées, de s’approprier le lieu.

Sur la route de Leesburg à Hershey
Slider
Sanctuaire de Lourdes Emmitsburg
Maryland
East Berlin Virginia
East Berlin Virginia
Lucketts, Va
Lucketts, Va
Lucketts, Va
Lucketts, Va
previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider
Icon

Fredericksburg : le restaurant Brook’s Riverside Grill, 503 Sophia St. offre une terrasse panoramique avec vue sur le pont ferroviaire et sur la rivière Rappahannock, les plats sont fins et le service est bon.
Golrick’s Pharmacy, 901 Caroline Street est incontournable, la pharmacie est à l’arrière et au comptoir sur l’avant vous pourrez déguster une glace ou boire un soda dans un authentique décor des années 50 (une partie de l’équipement est également d’origine).

Charlottesville : Pour le diner le C&O Restaurant propose une cuisine fine, raffinée et une intéressante carte des vins de plus si le temps le permet dîner sur la terrasse extérieure au clair de lune avec le chant des cigales est extrêmement romantique. Nous avons également apprécié Public Fish and Oyster qui offre des sièges extérieurs dans un agréable patio le long de West Main Street. Pour le petit-déjeuner, nous avons aimé Bluegrass Grill and Bakery. Ne manquez surtout pas Moose’s by the Creek, les portions sont généreuses, les pancakes y sont délicieux et le décor est incroyable, vous vous ferez tirer le portrait sous des bois d’élan.

Près de Charlottesville, le King Family Vineyards à Crozet est un endroit idéal pour une dégustation sous forme de pique-nique, il y a une vue imprenable sur les élevages de chevaux et les montagnes Blue Ridge. Il existe de nombreux autres vignobles dans la région, nous vous recommandons de vous aventurer sur la route des vins et de vous arrêter pour les dégustations c’est bien souvent la meilleure manière de faire d’excellentes découvertes.

Vins et gastronomie
Slider
Icon

Nous avons réalisé cet itinéraire en dix jours, ce qui nous a contraints à emprunter parfois des autoroutes à deux voies dont l'intense circulation rendait le voyage désagréable.
Nous préférons prendre de petites routes qui nous permettent aisément de nous arrêter lorsque que nous voyons une photographie à réaliser.
Il est préférable de prévoir un peu plus de temps - au moins une quinzaine de jours - pour pouvoir flâner.
La Virginie et la Pennsylvanie sont des états riches qui regorgent de trésors et valent vraiment la peine de s’y attarder.
Cela vous permettrait également de faire un détour par le parc national de Shenandoah et de prendre la route appelée Skyline Drive.
Pour les dégustations dans les vignobles il est préférable de téléphoner avant afin de connaitre les horaires d’ouvertures et d’éviter de se retrouver devant porte close. Aux environs de Charlottesville nous avions sélectionné King Family Vineyards 6550 Roseland Farm, Crozet, c’est un vigneron français qui dirige les opérations et le vignoble a une excellente réputation internationale, malheureusement il était fermé lors de notre tournée.

Nos recommandations
Slider
Play
Play
Play
Play
Hershey
Railway bridge
Full screenExit full screen
previous arrownext arrow
Slider

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018
All original content on these pages is fingerprinted and certified by Digiprove